CENTRE ADAMIQUE MONDIAL, l´humanité reconstruite
créer un compte  connexion  

Tout ce qu´un ben adam doit savoir -Deuxieme cours- 4 Dec 2013

The player will show in this paragraph


Envoi à un ami
Facebook
Facebook

Twitter
Rapport
Rapport
Vidéos et évènements exclusifs
    


 Commentaires

1. Frédéric Didier 16-02-2014 14:24

Cher Rav Dynovisz, Merci pour tous vos cours, pour cette invitation à mieux nous connaître, ainsi que pour la publication de mon intervention. Je vous confirme, ici, l'envoi d'un message, via la boîte e-mail du site indiqué. Bien à vous et que D.ieu vous garde, ainsi que tous vos proches, Frédéric Didier


2. Site Bne Adam 16-02-2014 12:17

A Frédéric Didier: prenez contact avec moi par la boite email du site ravdynovisz.tv, j'aimerai en savoir plus sur vous


3. Frédéric Didier 11-01-2014 04:16

Shalom ! Un autre aspect à vouloir ressembler aux juifs par des symboles est le risque que cela devienne de l'idolâtrie et, comme on le sait, son interdiction fait partie des mitzvot de Noah. J'entends par là que les attributs juifs pourraient devenir, pour un non-juif, comme un intermédiaire entre Hashem et lui, un moyen de le révérer à travers les attributs juifs. Rav Dynovisz me corrigera si je ne l'exprime pas correctement, mais les attributs juifs ne sont pas un moyen de vénération d'Hashem pour un juif. Ce sont des choses à porter ou à faire selon leur nature juive, parce que cela correspond à ce que D.ieu sait et leur a enseigné qu'elles leur sont nécessaires. Tout cela est fait parce qu'Hashem le commande, mais c'est pour le corps et l'âme juifs qu'elles sont faites, pas pour D.ieu. Il n'a pas besoin que cela soit fait, ce n'est pas pour Lui que ces choses sont faites, mais pour les juifs, selon leur nature. Voilà pourquoi ni un Ben Noah, ni un Ben Adam (une certaine forme de distinction peut être conservée, en vertu de ce que le Rav a déjà expliqué en terme de corps et d'âme, mais aussi au sujet de la différence d'engagement entre le Ben Noah et le Ben Adam) ne doit le faire : Hashem n'en a pas besoin, tout simplement, et cela ne correspond ni au corps, ni à l'âme d'un non-juif. Comme l'a déjà dit et redit Rav Dynovisz, s'il y a effectivement une différence entre un juif et un non-juif, elle n'est pas qualitative. Pas plus qu'entre un homme et une femme. Or, une femme ne va pas se coller une barbe pour ressembler ou se sentir l'égal de l'homme, pas plus que l'homme ne voudrait porter un enfant pour ressembler ou se sentir l'égal de la femme. Ils sont déjà égaux, mais différents. Un juif n'est pas meilleur ou plus proche d'Hashem parce qu'il fait d'autres (ce terme pourrait peut-être aider à mieux voir les choses, plutôt que celui d'en faire "plus") mitzvot, il est simplement en conformité avec sa nature. Un autre risque consiste à vénérer, en quelque sorte, le juif. On passerait alors de la haine du juif à son contraire, une forme d'extrémisme, certes positif, mais les extrêmes ne sont jamais justes. Ce n'est plus du respect entre humains, dans ce cas. Autant que l'on puisse aimer Israël, il ne faut pas l'aimer plus que l'amour que l'on porte à Hashem, voire même simplement autant qu'à Lui. Seul D.ieu est en droit de recevoir notre vénération, qui est la forme ultime du respect, en tant que Roi qu'Il est. En passant, même un roi humain ne mérite pas de vénération, car il est avant tout le serviteur de son peuple, celui qui a charge d'en prendre soins. S'il dirige, c'est pour le bien du peuple et non pour en retirer quelque chose personnellement. J'irais même jusqu'à dire que la vénération d'un juif est l'erreur qu'ont faite certains chrétiens envers Yeshoua (Jésus) et qui a amené au blasphème de la déification (tardive, d'ailleurs) d'un homme, avec tous les problèmes que cela puisse comporter. De la même manière, Rav Dynovisz et tous les rabbanim méritent notre respect, mais pas au-delà de ce qui est convenable. Cette remarque peut surprendre, mais elle vient de ce que j'ai lu, sur le Net, où quelqu'un demandait ce qu'il lui manque pour être le Mashiah... la dérive est donc possible. Bien sûr, les Bnei Noah et les Bnei Adam, dans leur ensemble, ne commettront pas les erreurs évoquées dans tout ce qui précède, mais ce sont des risques qu'il me semblait important de souligner. Alors, comment un Ben Noah ou un Ben Adam peut-il se mettre au service d'Hashem ? Je ne prétends pas apporter la réponse, mais peut-être un fragment de la réponse que nous sommes invités à chercher ensemble. En tout cas, préciser ce que Rav Dynovisz a survolé (jusqu'à présent, car il a encore tant à dire, bien sûr, et ce mouvement n'en est qu'à ses débuts). J'aurai l'air de ne faire que répéter, pour la plus grande part, mais c'est aussi un geste de participation des Nations, d'engagement dans le processus, que de le formuler soi-même en tant que membre des Nations rattachées à Israël pour atteindre un but commun. Comme le Rav l'a déjà expliqué, ça ne passe pas par l'imitation symbolique. Cela passe par les actes, par ce que l'on fait pour achever la construction du monde. Là, c'est remplir sa mission, de même que le font les juifs ; ce n'est plus, ici, de l'imitation vaine. Il s'agit d'un but commun, mais chacun à sa manière, selon sa nature et le lieu qui lui est attribué. Voilà déjà un des attribut des Nations : leurs lieux, leur terre, tout comme pour les juifs, Israël est leur terre. En cela, nous pouvons et, même, nous devons ressembler aux juifs, bien mieux que par des vêtements, etc. : construire un monde meilleur, où l'on se trouve, dans le lieu qui nous incombe, chacun selon sa Nation. En cherchant toutes les formes par lesquelles peuvent s'exprimer les lois de Noah, pour parachever le monde, nous découvrirons les autres mitzvot qui nous concernent. Un non-juif ne le fera pas mieux en se rendant en Israël, on pourrait même dire qu'il ne le pourrait pas, car ce n'est pas à lui qu'incombe Israël. Cela ne veut pas dire qu'il ne faille pas se préoccuper d'Israël, ni lui apporter son soutien, ou encore moins ne pas s'y rendre, bien au contraire, mais en être partenaire, sur cette planète où nous résidons tous. Se rendre en Israël pour un non-juif aura pleinement son sens quand le monde entier sera achevé. Non pas pour y résider forcément, mais pour être en présence d'Hashem, de notre Source à tous. Mais pour le moment, nous sommes tous en exil sur la Terre en phase d'achèvement. En passant, si la Terre n'a pas été achevée, c'est pour que nous participions à cet achèvement, mais aussi pour que nous y apportions ce qui nous convient, en tant qu'Humanité. Hashem nous donne des directives générales, certes, mais Il semblerait qu'Il veuille que nous ayons une part personnelle dans l'édification du monde, afin qu'il nous convienne pleinement. Que le monde, soit, lui aussi, un partenariat entre Lui et nous, comme il en existe un entre Israël et les Nations. Combien Hashem est grand, pour nous permettre, dans une certaine mesure, de l'aménager à notre manière ! Donc, pour en revenir au sujet, concentrons-nous sur ce qui peut amener à la fin de l'exil ; à faire en sorte que, comme on dit, "quand l'élève est prêt, le maître apparaît". Car c'est quand nous serons prêts que la Délivrance Finale aura lieu, pas par l'effet d'une Grâce. Et gardons-nous surtout de toute précipitation, de raccourcis. En cela, Israël est aussi un exemple de patience. Mais ne lambinons pas non plus, bien sûr, car s'il est vrai qu'il y ait un temps pour chaque chose, tant trop tôt que trop tard résultent en un échec. Bon, je vais arrêter ici, pour le moment, et je demande pardon à l'avance à ceux qui pourraient me trouver trop long à lire. Mais je terminerai en portant un autre témoignage à ce qu'à dit Rav Dynovisz. Je porte la barbe et un chapeau, mais déjà depuis longtemps, juste parce que cela me plaît. Cela peut me donner un "air juif", mais si cela portait préjudice aux juifs parce que, à cause d'une mauvaise action, surtout en public, la confusion pourrait faire dire "Voyez ce que fait un juif !", je me taillerais la barbe autrement et, s'il le faut, ne porterais plus mes chapeaux, suffisamment longtemps pour bien montrer que je ne suis pas juif, à ceux à qui je ne pourrais pas l'exprimer personnellement. Et ceci termine ce long texte, en indiquant un autre danger de l'imitation, qui pourrait d'ailleurs s'inscrire dans ce que jugerait un tribunal, comme il en est demandé l'instauration dans les commandements de Noah. Cordialement et avec tous mes remerciements à qui de droit, Frédéric PS : En français, il convient d'écrire la nationalité d'une personne sans majuscule (un juif, un français, etc.), or, je lis que "Ben Noah" et "Ben Adam" s'écrivent avec une majuscule à "Ben" et j'aimerais savoir si cela est propre à la langue hébraïque (dans sa forme de lettres latines, bien sûr), comme en anglais, par exemple (a Jew, a French, etc.), ou s'il convient d'écrire "ben" sans majuscule. Ceci afin qu'il n'y ait pas de confusion et que la majuscule ne risque pas de faire penser que l'on y accorderait plus d'importance.


4. Marguerite Monzo 09-12-2013 09:39

Shalom Rav, Merci pour ce cours. Depuis le 24-09-09 j'écoute vos cours et n'éprouve pas davantage le besoin de me convertir que de revenir au catholicisme. En ce qui concerne l'étude de la Tora vos explications sont tout à fait claire. Pour le Chabbat je reste sur ma faim. Je comprends bien qu'il soit le signe de l'identité juive par excellence, rattaché à la Sortie d'Egypte par Dt5,15. Que les lois sur le Chabbat telles que vous les observez ne concernent aucunement les Bne Adam c'est dans la logique des choses. Cependant il est aussi et en 1er lieu rattaché au repos du Créateur le 7ème Jour, béni et sanctifié par Elohim. Il s'adresse donc à tous , y compris les animaux domestiques Dt 5,14. Merci de nous expliquer ce que doit être le 7ème jour pour les Bne Adam.


5. hanna antoine 06-12-2013 10:56

Bonjour Rav Dynovisz, je pense que la confusion liée à l'identité juive et l'identité des bnéi Adam est peut être dû aux lacunes concernant les différences de l'Ame juive et de l'Ame du non juif .... Beaucoup de personnes croient à tord qu'être juif se résume dans la pratique .... Vous aurez sûrement l'occasion de nous l'expliquer pour nous éclaircir lors de l'un de vos si passionnant cours. Encore merci à vous.


6. Catherine Le Floc\'h 05-12-2013 14:45

C'est clair .


7. laurent voanh 05-12-2013 01:44

Ici je ferais un commentaire basé sur une histoire, mon histoire. Je ne sais pas quand et pourquoi j'ai profondément aimé le peuple juif, cela remonte peut être a cette première amoureuse, Sabine, que j'aimais comprenant que jamais nous ne serions ensemble en raison de ses origines Juive, préférant lui offrir le choix de son histoire, peut être aussi mon meilleur ami, meilleur sans commune mesure, mort trop jeune d'un accident, Yanis, avec qui je passais ma meilleur année d'adolescence, aussi d'avoir vu sa maman, pour la première fois, vingt an après, si triste encore, et me caressant doucement la main car elle comprenait nos souffrances communes et savait quoi faire, ou encore cet ami, Sion, de Juan les pins, qui m'offre toujours quelques bons gâteaux et m'appelle son frère, lui quand je le regarde, je vois un héro, pourquoi, pour sa galanterie, son coté totalement respectueux des femmes et sans vices, aucun, jamais, et toujours digne, il est sublime, ou encore les esprits brillants qui réellement et mieux qu'un père, m'éveillent, allant de Georges Steiner, à Primo Levy à Elie Wiesel à Jacques Attali, au Rav Dynovisz, je les entend les violons spécifiques dans les films, et moi qui travail dans l'univers du diamant, je la sens cette sage attitude on l'on prospère sainement de Mazel U Bracha en Mazel U Bracha. Mais s'il y a les exemples, sublimes, émouvants, ou l'on est ébahi pour peu que l'on soit attentif, il y a les contre exemples. Aujourd'hui, en France, le climat m'effraye. C'est non seulement l'intensité de la haine Judéophobique qui renaît chez les jeunes générations, mais surtout sa vitesse a répandre ses poisons. Un peu comme ci l'histoire, sans complexe, préparait une nouvelle boucle infernale, pourtant, tant d’intelligence dans le peuple Juif, tant de gentillesse, tant de douceur. Aujourd'hui les gens se plaignent de l'omniprésence des Juifs, par exemple dans les médias, aucun d'entre eux ne se dit que l'amour de la parole les anime, et que cela est beau mais pire, aucun d'entre eux ne se dit : "ils ont tant souffert que les privilégier est un pied de nez salvateur au passé atroce", qu'il faut inverser la balance, dire aux victimes d'hier : nos ancêtres vous ont délaissé, quand ils ne vous ont pas tyrannisé, nous, soignés d'eux, nous disons à vos ancêtres que nous bénissons leurs descendances, au moins, pour c'est ancêtre, c'est le minimum, le minimum, cela donne un sens au temps, à l'histoire et au progrès. C'est refuser l’échec du passé et investir le présent. Aussi je suis furieux quand j'entend des minorités critiquer le Crif, parce que justement, si toutes les minorités utilisaient la méthode radicale et saine du Crif, il y aurait efficacité. Comment peut on ne pas être sérieux et ne pas avoir de stratégie intelligente, être catégoriquement justes et bons, quand on a une si importante mission ? On ne s'amuse pas quand on sauve, la charge est lourde et il faut redoublé d'effort et d'intelligence. Mon ancien beau frère me disais que la France de 39-45 c'était beaucoup de gens qui certes ne savaient pas pour les camps d'extermination, mais qu'ils voyaient les étoiles posés de force sur de beaux enfants innocents, il y a quelque chose de malade chez les non Juifs, un immense manque émotionnel et intellectuel, en tout cas déjà sur le sujet du peuple Juif. Je pense que tout ces gens ne savent pas pleurer comme il faut, n'ont pas la compassion qu'il faut, les larmes ne sont pas venue ou ne sont pas allé assez loin, presque, ils ne savent pas vivre comme il faut, et les voilà déjà qui ricanent et s'empressent, bêtes, dans l'erreur là ou le sérieux est lui salvateur. Ce monde me fait peur, c'est un peu comme ci dans les collèges aucuns élèves n'étaient capables de faire une simple addition, des mutants de bêtises et de méchancetés. J'adore l'idée, qu'un jours, dans le monde terrifiant du Pharaon et de ses valeurs dark vador, un peuple, a tissé une puissante justesse et gentillesse, l'a optimisé de la plus puissante des intelligences, a décidé de partir pour ne plus souffrir mais de revenir triomphant, exactement a cet endroit, cette attitude, est le réflexe classique des justes, qui croient en la vie, en Hashem, et qui donnent a l’existence et l'univers tout entier, son sens, l'amour ! Et j'adore l'idée qu’Israël existe aujourd'hui et le fait que le peuple Juif y soit est une grande victoire du bien sur le mal, le Pharaon a perdu et les Juifs ont gagné. Le temps et l'effort gagnent toujours. J'adore aussi, voir dans la rue, un père Juif pratiquant et son fils de 14 ans, enfant sublime d’intelligence et qui déjà est plus mure que moi sur mille points, quelle excellence éducative, mais surtout, qui abordera son histoire d'amour, son histoire de mari et de père si sainement, pas de confusion, une ligne pure et belle, un avenir radieux, un karma propre et sain. Hier soir je passais devant la synagogue de Paris dans le marais, un religieux m'appelle, rapide, il me fait un geste vif de la main, pose sa main sur ma tête et récite quelques phrases en hébreux, un jeune homme arrive vers nous, tente de nous vendre des trottinettes, nous refusons et il nous bouscule un peu pour les rentrer dans la synagogue, le religieux fait un faux non de la tête, je dis "ah, il y a celui qui pense et celui qui agit", il me répond "j'ai compris ce que tu as dit", quel bel homme ! Et puis nous partons, et quelques secondes plus tard je ressent encore en moi ses doigts posés sur ma tête, la chaleur paternelle, fraternelle, sublime, que même mon propre père ne sait m’insuffler. Un inconu en deux minutes m'offre ce que mon père ne sait m'offrir en 40 années. Et puis je revois, aussi, le très vieux Rabbin, sublime, plus loin, à l'écart, qui par son age a moins les forces de l'action, mais qui est là, dans la nuit à nous regarder avec curiosité et intérêt, lisant l'homme que je suis afin de savoir la nature de ma gentillesse, ou pas, j’espère avoir fait bonne figure. Chaque rencontre avec un religieux Juif est une grande leçon de vie, rien a voir avec les autres religions et les autres humains, l'étude de la Thora et son application crée des mutants de beauté, un bon modèle d’excellence pour l'humanité. Mais voilà, vivant actuellement dans un immeuble avec beaucoup de gens Juifs, j'ai voulus faire une sorte de shabbat il y a deux semaines de cela, alors j'ai éteint les lumières électriques, l'ordinateur, et très vite, comme je n'avais pas de bougie, les étoiles de la nuit ont montré leur immense omniprésence, beauté douce et infinie, le ciel était bavard, enfin, l'est toujours mais là j'ai sut l'écouter. Cette sensation est puissante, on cesse d'être le moucheront 24h/24 collé au réverbère, on redevient vivant, on s'écoute, on goûte au vrais écoulement des secondes, on entend mieux les bruits, on est attentif, les sens se réveillent, très vite alors, j'ai imaginé cet exercice appliqué en famille, les bougies, les chansons, les gestes fait depuis des milliers d'années, reliant le passé au présent, les gens aux gens, assurant la continuité, juste, sublime, que cela ne se perde jamais. J'ai fait cela avant ce deuxième cours et je donne mon expérience. Je me convertirais plutôt que de le refaire en tant que Bne Adam, mais l'exercice est plaisant. Cela assainit et en fait il est bon de se retrouver, l'humain n'est pas fait pour regarder la télé chaque soir, faire un seul Shabbat c'est s'en rendre compte. Je dois avouer cher Rav Dynovisz que le fait d'être cité dans votre première vidéo me met une pression conséquente, parce que moi aussi, je pense que ces réflexion et déjà cette association de gens, a un potentiel immense, que dans 100 ans, on dira : "ah, lui c'est un Bne Adam" et que cela sera synonyme d'une certaine intelligence et justesse du cœur. Que cela sera un raccourci entre les Juifs et les non Juifs, comme le pont qui relie Jérusalem au 3eme temple qui sera tôt ou tard reconstruit. Nous construisons déjà les premières marches de l'élévation mais je dois avouer, sans modestie mais lucide, ne pas être à la hauteur intellectuelle, je le voudrais, mais je connais mes limites, mal instruit, quasi simplet, je compose comme je peux, mais pour si immense mission, je me sais trop frêle. Devenir meilleur, oui, mais cette mission ne demande pas un élève et un maître, mais deux maîtres et je suis dépassé. On ne peut pas attendre 10 ans que je sois un peu mieux, ce n'est pas mon élaboration qui est en jeu, c'est les résultats, alors je demande fort, au Bne Adam plus intelligents que moi, plus justes, plus sains, de faire acte de présence, de réfléchir, d'enfin voir cette porte immense que le Rav Dynovisz nous ouvre, ecoutez, un maître de la Torah vous parle, c'est 2000 ans de sagesse qui enfin dialoguent avec tout le monde, c'est comme ci votre chat vous disait "salut, ca va ?", et nous de répondre : "Ben, tu parles ?", imaginez les conversations. Là, c'est une main tendue, un enseignement profond, une sagesse surpuissante, l’inconnu qui devient l'ami, et quand on sait les siècles et les siècles ou la distance était d'usage, comment ne pas voir l’immense opportunité historique, intellectuelle, amicale ? Le jours positif de l'histoire humaine. L'étape sublime ! Par delà l'amour, ne serait ce que par curiosité, affection pour la parole et la compréhension de l'autre. Comprendre l'autre, l'autre qui est le miroir insongé et sublime de moi même. Aussi, quand on sait le nombre de personne sans cet amour et sans cette curiosité, quand ce n'est pas pire, n'est il pas un peu poli, un peu gentil de tendre soi même sa main quand quelqu'un vous salut ? Je voudrais que les Bne Adam soient dignes devant votre main tendu, et je suis navré, car moi, un des rares, ne suis pas le meilleur, acceptez la, elle est humaine et très sincère, c'est celle d'un frère que vous avez forgé meilleur, vraiment et je chanterais à mes bébés quand j'en ferais des chansons parlant de vous, cher Rav Dynovisz. Je vous souhaite, pour cette initiative un Mazel Tov et j'aiderai comme je peux avec un Mazel U Bracha. Vous parlez aussi des autres religieux Juifs qui vous critiquent, je leur dis : "il me rend meilleur et plus beau et j'y ai droit je le voulais, il y a sur terre actuellement un bne adam bien plus sensé, nous enlever ce si beau droit, c'est déjà me décérébrer, trop tard, la rose est au rosier, et son parfum discret s'oriente, vers ceux qui savent encore aimer, le parfum d'une végétation que chantent les mères aux bébés, eux qui deviennent des hommes heureux parce qu'on a sut s'en occuper, je lui doit mille intelligences, et vous, croyez moi, faite de même, ainsi le monde du grand mashiah, sera déjà compréhensible par l’expérience de nos présents". Bien à vous cher Rav Dynovisz. Laurent Vo Anh. (PS : Je ne sais pas si la peinture et l'art moderne sont de l’idolâtrie et je vous joins une image de femme déssiné de Aron Wiesenfeld qui est un excellent peintre, ses personnages en exil, dans le froid, mais sublimes sont bel et bien ceux que nous défendrons à vie." http://www.aronwiesenfeld.com/images/drawings/560/The_Lesson.jpg j’espère qu'il vous plaira si cette image vous est permise).


8. laurent voanh 04-12-2013 20:48

Je trouve ce cours assez fantastique, car encore une fois la logique de l'âme Juive n'est pas de berner mais d'éveiller l'autre afin d'en faire un mieux, un homme meilleur, un peu comme la bienveillance de la psychanalyse. Ici, Rav Dynovisz explique qu'il ne faut pas être un pantin sans profondeur et qu'en puisant dans son essence, effort d'introspection honnête et salvateur, on aboutit soit sur une âme juive à réveiller en chacun de nous, soit en une âme Bne Adam tout aussi digne que l'âme Juive. Dans le questionnement, par exemple, d'un Bne Adam, décidant par exemple de faire le Shabat, vous abordez ceci, son esprit, ses choix et les répercussion SUR LUI, mais, y a t'il des répercutions positive, disons mystique. Je vous donne un exemple, "tu ne tueras pas", si un Juif et un Bne Adam, applique cette regle, très vite la terre devient un cartoon festif et joyeux. Là, il y a des repercutions positives. Mais voilà le coeur de mon questionnement, les 613 mitzvot pour moi, sont comme un ACTE bénéfique, presque comme la pile qui fait marcher une montre seconde par seconde, dans mon esprit, quand un Juif fait une Mitzva il, non pas se soumet à l'ordre divin, mais fait littéralement un acte bon, comme poser une pièce dans la main d'un affamé. Ainsi, vous dite qu'il n'y a pas d'interdit de pratiquer les mêmes meurs que les juifs malgrès le risque de perte d'identité en devenant un faux double, mais il n'y a pas non plus d'accumulation de bonne chose, d'actes positifs. Donc, en suivant les règles des Juifs le Bne Adam ne crée pas de bien, l'acte est neutre, et c'est pour moi compliqué à comprendre, car pour moi en faisant des mitzvot les juifs ne répondent pas par obligation a un acte insensé, mais cet acte a un sens profond, ce qui est compliqué c'est qu'il y a des mitzvot générales (Rejeter un pécheur, Ne pas opprimer les faibles) mais d'autres qui sont très juive uniquement (Porter des tzitzit aux quatre coins de ses vêtements). On le voit, surtout par vos cours, certaine choses que l'on croit insensées, on en fait un sens très profond, et je comprend tout a fait, qu'un bne adam portant des tzitzit se décorerait, se déguiserait, sans savoir, et n'obtiendrai rien de positif. Vous abordez un sujet très intéressant, la mission Adamique, changer le monde de manière positive, en suivant les 7 loi de Noah : 1. L'interdiction de l'idolâtrie 2. L'interdiction de blasphémer 3. L'Interdiction de TUER et de se SUICIDER 4. L'Interdiction du vol 5. L'Interdiction des unions immorales 6. L'Interdiction de consommer d'un animal vivant 7. L'Obligation d'instituer des tribunaux Auquel vous ajoutez les meurs (tous), la famille, la croyance, la justice. Mais voilà le problème, même si l'on fait par exemple une grande association Adamique, qu'elle étoile guidera ces milliards d'âmes ? Un parti politique mondiale parfait ? Basé sur quoi ? Sur quelle idéologie ? Selon quel maître à penser ? Et surtout, eux, seront ils en symbiose et en accord avec l'idéologie positive Juive ? Aussi quelque chose me perturbe, vous que le Bne Noah est le corps du Bne Adam qui est son âme, mais vos cours récents, disent que le Rav qui pense est moins salvateur que le rav qui agit, que l'âme juste mais ne faisant rien, ne vaut pas le corps qui agit, en courage, en acte, en s'incarnant corporellement, physiquement, ainsi, le Bne Adam ne ferait il pas mieux d'être plus Bne Noah ? Aussi vous parler de la conversion, que je vais faire. N'est il pas impoli ou déplaisant de se convertir, n'est ce pas indélicat juste pour cette raison : certains ultra orthodoxes refusent de reconnaître cette conversion et par délicatesse, ne vaut il mieux pas se dire "je ne me convertit pas car même si je le souhaite cela signifierai causer du tord a des gens déjà Juif, depuis la nuit des temps" Eux, ne priment ils pas sur moi et dire qu'ils sont trop rigides n'est ce pas déjà les exclure de ce qu'ils sont, de la chose la plus chère à leurs yeux. Récemment, je devais développer un réseau européen pour mon travail, j'arrive dans un bureau, il y a là, un homme et son épouse, les bureaux sont hyper luxueux, dans la meilleur rue de paris, il fait bon, c'est beau. A un moment donné, ce couple et moi avons un désaccords, or, je suis plus haut dans hiérarchie, de beaucoup, que faire, les chasser et imposer une autorité, au contraire, après la tempête, je leur ai expliqué que JAMAIS je ne mettrais mes avantages hiérarchiques au dessus de leur professionnalisme mais surtout de leur tranquillité romantique, calme, joyeuse, préférant me sacrifier et leur laisser la place. De même pour la conversion, j'ai l'impression que cela heurte des Juifs qui selon moi on plus de droit, leurs voix passent avant la mienne. Même s'ils sont les ultra orthodoxe les plus rigides, les nier c'est nier une partie IMPORTANTE de l'âme Juive, c'est déjà quasi religio-politique. Ah zut le travail m'appelle encore, je prendrais une semaine de congé.


9. Myriam Rodrigue 04-12-2013 18:51

Shalom Rav, Pour commencer je dois vous dire que j'écoute vos interventions à tous les matins et ce depuis déjà plusieurs mois. Ceci m'étant très constructif pour commencer chaque journée. Alors, je vous remercie pour le temps et tout l'investissement que vous accordez aux nations. Ceci dit, la conception que vous apporté du bnei Adam est tout à fait clair pour moi, autant du coté de la pratique, que de l'identité. Seulement, il restera toujours en moi cet attachement profond des commandements de la Torah. Comme on retrouve au niveau des guerim au temps du Temple. Lorsqu'il est écrit que l'étranger vivait parmi Israel. Est-ce possible d'espérer, encore une telle relation entre Israel et les nations? En réalité, je me sens comme une guera, étrangère aux nations et étrangère au pharisianisme. Je dis bien pharisianisme, car pour moi, le judaïsme qui est vécu aujourd'hui n'est pas totalement celui qui était du temps de roi David ou de Salomon. Je dois avouer que Torah qui y était vécue à ce temps, m'interpelle vraiment. Ou encore plus, lorsque Hashem a retiré Avram des nations et qu'Il l'a élevé jusqu'à 'hessed et qu'il soit devenu Abraham père d'Israel. Ceci amène d'autres questions un peu plus Kabbalistique. Est-ce que les nations se trouvent à avoir une Neshamah ou seulement un Nefesh? Est-il possible pour les nations de s'attacher à Malkhout et de s'élever dans les Sephirot? Le Tania, est assez explicite sur les âmes des nations, ainsi que dans les Kelipot qui s'y retrouveraient. Le Ram'hal, donne une opinion des âmes des nations, comme quoi elles peuvent se greffer sur Israel et ainsi être une parure à Israel dans l'Olam aba. Est-ce que c'est cela le Projet Divin, telle une femme qui fait la gloire de son mari. Si oui, ce rôle me convient parfaitement, du moment que l'on peut vivre et pratiquer la Torah de la même manière, seulement chacun dans leur rôle. Merci de nous éclairer. Myriam


10. laurent voanh 04-12-2013 17:58

Cher Rav Dynovisz, mille mercis. Suivant vos cours souvent, voilà ce que je comprend, le peuple Juif est un regroupement ancestral de famille, qui en utilisant la Torah, livre parfait, se développent mieux au fil du temps, la Torah est si parfaite, qu'en suivant ses principes, on arrive alors, d’héritage intellectuel et héritage intellectuel, a dépasser la nature mauvaise pour atteindre une nature quasi déique, en tout cas que le potentiel humain soit optimal à travers les commandements de Hashem, mais surtout, la Torah est, de tout les livres religieux, l'enseignement le plus sain, le plus optimal et qui extirpe des problèmes classiques que rencontrent les autres religions, le fanatisme est replacé par l'effort du travail et de la réflexion, l'obscurantisme est remplacé par un grand éveil de l'âme et cette grande profondeur de la Torah développe l'humain au plus haut degrés positif. En un sens, quelque soit le temps d'attente du Mashiah, le peuple Juif évolue dans le bon coté, apportant une amélioration humaine a travers une discipline logique, subtile et saine de l'étude. Seul un esprit vif, tenace, intelligent et ému peut comprendre la Torah, elle même nécessitant l'étude, le décodage et l'enseignement de maître. Cette religion devrait depuis longtemps avoir son temple, le troisième temple de Jérusalem, quelques milliers de M2 ou dans le calme et la précision s'élabore le rite pour Hashem, est ce trop demander sur une terre ou touts les outrages s'élèvent, combien de commerces de vie et de saccage sont installés partout sur le monde ? Alors vouloir ce temple est sain et ne pas l'obtenir est une grande preuve de patience et de concession. Les guerriers font leurs casernes plus vite que les gentils ne construisent leur temple. Comme une forêt qui grandit en des milliers d'années, pleine de la calme et fragile énergie vitale, la ou une simple allumette et des tronçonneuses la décime en quelques jours. En un sens, le fait que le temple ne soit pas déjà construit montre que le peuple Juif n'a pas le réflexe dominateur et violent du Pharaon, et que s'il y a un combat a mener, c'est avec des fins et des moyens de justes. Dans votre premier cours, merci pour cela, vous nous expliquez que oui, prier Hashem est une bonne chose pour les Bne Adams, car il est celui de tous et qu'en nous un lien existe avec lui. Vous nous expliquez aussi qu'un Bne Adam est l’égal d'un Israel et qu'un Israel est l'égal d'un Cohen, en un sens Hashem nous a tous fait avec un objectif spécifique et il faut trouver en nous ce qu'Ashem attend de nous, trouver cela, c'est améliorer le monde, la vie, le futur, le sort des bébés à venir. Aussi, vous expliquez que ma conversion, j'y pense réellement, au Judaisme, est une chose possible car mon âme est celle d'une âme Juive perdue. J'y attribue tout mon meilleur, mes instincts les plus beaux, ma volonté de voir et de forger un monde meilleur, mon attention toute particulière et émue quand je vois une mère et son bambin, le devoir d'élaborer mieux les jeunes enfants afin d'en faire des être intelligents et sensibles, mes larmes devant le grand gâchis qui perturbe une terre ayant pourtant le potenciel déique du sublime, ma capacité, quand je sors le soir, de veiller a ce que toutes les femmes ne soient pas importunée, misant sur ce coté héroique plutôt que de batifoller, ma fidélité envers la femme que j'aime et qui m'aime, le bon repos quand certain soir, j'éteins la télé, et sous le calme sublime du ciel ou je me retrouve, alors, comprenant combien les autres sont chers à mon cœur, je pense que je me convertirais prochainement, et même les 3 années d'études sont une joie immense. Aussi vous parlez des drames, notamment de la Shoah, vous dites que certaines religions parleront de l'absence de Hashem, d'autres de la présence du mal, ainsi je me pose cette question, si Hashem est présent dans ces instants, explique t'il au peuple Juif, qu'il faut se battre plus, que même les gentils doivent se battre pour faire triompher le bien, que la belle pensé ne suffit pas, qu'il faut l'action, car, si les gentils ne se battent pas, les méchants eux le font, nous expliquant ici que la violence du mal dépasse l'horreur imaginable, Hashem, explique t'il toute l'ampleur du mal, et la responsabilité que nous avons pour vaincre ce mal. Néanmoins, ceci pose un problème, car en aucun cas, les victimes n'ont a être les acteurs de cette démonstration. Hashem nous explique t'il qu'il ne peut rien faire contre le mal, mais que sa mission est de nous faire triompher par le bien, que c'est sa seule option, et qu'en réalité, ces drames ne doivent pas décourager de dieu, mais surtout, de nous faire plus vigilants et plus travailleurs, que nous devons songer a tout, anticiper tout, comme par exemple songer un jours à l'extinction solaire, que l'amour pour la vie doit nous rendre génie, génie un point c'est tout ? Que le potentiel de l'homme est immense et qu'il ne doit surtout pas l'oublier mais le devenir plus et plus encore. Mais surtout qu'oublier cela et faire sens inverse c'est plonger au plus bas de tout et qu'il faut être catégoriquement bon, qu'il n'y a pas de demi mesure. Ces drames sont l'oeuvre des hommes plus que perdu et l'avertissement de Ashem n'est pas la mort, mais qu'il nous pousse à une vigilance ultime, aucune naïveté et une fermeté pour affirmer le bien, qu'oublier que le mal guette est une grave erreur. ici Primo Levy est immense : Vous qui vivez en toute quiétude Bien au chaud dans vos maisons, Vous qui trouvez le soir en rentrant La table mise et des visages amis, Considérez si c' est un homme Que celui qui peine dans la boue, Qui ne connaît pas de repos, Qui se bat pour un quignon de pain, Qui meurt pour un oui pour un non. Considérez si c'est une femme Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux Et jusqu'à la force de se souvenir, Les yeux vides et le sein froid Comme une grenouille en hiver. N'oubliez pas que cela fut, Non, ne l'oubliez pas : Gravez ces mots dans votre cœur. Pensez-y chez vous, dans la rue, En vous couchant, en vous levant ; Répétez-les à vos enfants. Ou que votre maison s'écroule, Que la maladie vous accable, Que vos enfants se détournent de vous. Mais qu'en plus de se souvenir, Ashem nous dit il qu'il faut agir et agir et agir encore, que l'action salvatrice n'est pas le luxe future que l'on attend mollement en pleurant, mais qui est l'acte quotidien de chaque seconde ? Offrant ainsi une âme pleine et juste. Aussi, je suis au travail, très occupé, dans la vente de diamant, et je voudrais mieux commenter votre premier cour ainsi que celui ci, le second, que je n'ai pas encore écouté dans sa totalité. Le premier cour contient déjà tant de choses, des mots entre les mots, des degrés de compréhensions différents et très subtiles, je prendrais donc le temps de travailler sur toutes les idées de vos deux premiers cours. Aussi, je tiens à dire que le centre adamique mondiale est une chose immensément bonne, qu'améliorer la vie avant l'arrivé du Mashiah est certes logique, mais optimise sa venu, peut être même que dans une humanité élaborée il naîtra mieux et que quelques soient ses talents et son pouvoir d'action, son âme très douce aussi, nous demande de lui éviter des peines, que le monde, certes sauvé par lui, doit aussi l'aider avant sa venue et qu'il faut par amour pour lui, déjà, le protéger en lui offrant un monde optimal. Un peu comme pour un bébé, qui déjà a sa chambre peinte et quelques jolis ours, que les prises électroniques sont sécurisées à l'avance, qu'aux moins, les dangers d'hier lui soit évité demain avec certitude. Dans la mesure ou la grande paix et le bonheur sain est le but du projet, s'activer aujourd'hui est le meilleur moyen d'optimiser sa naissance. Je vous fait ma réponse rapide de mon lieu de travail et ma réflexion n'est pas optimale, je voulais vous écrire vite pour dire "j'entend, je suis là, ému et frère et je prend au sérieux et dans la joie de l’intelligence cette étude". Aussi, j'ai du mal a expliquer certaines de mes questions auquel vous avez répondu mais une importante est celle ci : Quel sont les commandements de Hashem pour les Bne Adam, dans la Torah. Car si un juif suit toutes les règles de la Torah, le monde s'améliore, et se parfait, on peut donc imaginer que si les Bne Adams suivent eux aussi les commandements de Hashem tout ira bien. Hashem a bien dut offrir aux Bne Adam quelques commandements, a moins et la chose serait sublime, que son commandement pour les bne adams soit justement d'aider le peuple Juif. Ah, le telephone et le bureau. J'écrirai mieux prochainement, je faisais acte de présence. Rav Dynovisz soyez fécond, ce jalon du temps est sublime.



Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, créez un compte gratuitement ou connectez vous à votre compte existant.


 

site du rav Dynovisz

plus d'infos..

vues: 1637

note:

catégories: Etre Ben Adam Tout ce qu'un Ben Adam doit savoir

Langue: French

Permalien:




Vidéos sélectionnées